Tag-Archive for ◊ lybie ◊

21 mar 2011 Les lybiens arrivent en masse
 |   | **Laisser un commentaire

Italie: Immigrés libyens continuent d’affluer sur Lampedusa

Les immigrés de Libye continuent d’affluer sur l’île italienne la plus proche de l’Afrique du nord, Lampedusa.

Ce week-end, plus de 1.300 immigrés ont embarqué sur l’île.

Face à cet afflux massif des milliers d’immigrés, 6.000 habitants de Lampedusa ont manifesté pendant plusieurs jours pour réclamer l’arrêt de ces débarquements.

Se plaignant de ne pas pouvoir accueillir les nouveaux réfugiés dans les camps, l’Italie reçoit cette fois les hôtes venant de la Libye.

117 immigrés libyens, qui ont débarqué, vers le matin, sur la ville sicilienne de Catane à bord des bateaux de pêche, ont passé des contrôles de passeport et de santé pour être transférés ensuite dans un stade couvert.

En proie à une intervention internationale à cause de ses insistances de ne pas quitter le pouvoir, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi avait menacé l’Union européenne d’arrêter la coopération au sujet de l’immigration clandestine si celle-ci encourageait les manifestations contre le régime libyen.

Les responsables italiens sont inquiets de cette menace.

Source: 1info2.com

22 fév 2011 Italie: rapatriement de Lybie
 |   | **Laisser un commentaire

L’Italie, ancienne puissance coloniale et premier partenaire commercial de la Libye, a déclenché, hier, l’alerte maximum dans ses bases aériennes. Rome a également décidé l’envoi dans le sud de la péninsule d’un nombre important d’hélicoptères de l’armée de l’air et de la marine. Pour la première fois, le chef du gouvernement Silvio Berlusconi a dénoncé, hier, « l’usage inacceptable de la violence contre la population civile ». Dans un communiqué publié dans la soirée d’hier, il a plaidé pour « une solution pacifique qui assure la sécurité des citoyens de même que l’intégrité et la stabilité du pays et de la région entière ».

Le Cavaliere avait été jusqu’ici critiqué pour sa prudence sur la crise en Libye, où les intérêts économiques italiens sont très importants. Samedi, à des journalistes qui lui demandaient s’il avait des nouvelles du leader libyen dont il est proche, le Cavaliere s’était contenté de répondre : « nous ne nous sommes pas parlé. La situation évolue et donc, je ne me permets pas de déranger qui que ce soit ». Dans le même temps, l’Italie a lancé, hier, un « plan de rapatriement » de ses ressortissants qui souhaitent quitter la Libye. Le premier vol spécial, civil, quittera l’Italie aujourd’hui pour Tripoli. « L’objectif est de sécuriser et d’accélérer le retour de nos compatriotes », a indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. La décision de déclencher l’alerte maximum dans les bases aériennes a été prise après l’atterrissage à Malte de deux avions de chasse libyens et de deux hélicoptères civils.

Les pilotes des deux Mirage F1, ont affirmé avoir fait défection après avoir reçu l’ordre de tirer sur les manifestants à Benghazi, centre de la révolte depuis le 15 février. Selon des sources militaires maltaises, l’un d’entre eux a réclamé l’asile politique. Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a convoqué les ministres concernés par la crise (Intérieur, Défense, Affaires étrangères). Car pour l’Italie, l’enjeu est de taille. Les deux pays ont signé en août 2008 un accord historique qui a soldé les comptes de plus de 30 ans de colonisation italienne (1911-42). M. Berlusconi avait alors présenté les excuses de l’Italie et s’était engagé à verser 5 milliards de dollars de dédommagements sous forme d’investissements sur 25 ans. Depuis, l’Italie est à la fois le premier exportateur en Libye, avec une part de marché de 17,5 %, et le premier débouché des exportations libyennes (20 %).