Tag-Archive for ◊ berlusconi ◊

27 avr 2011 Sarkozy en Italie
 |   | **Laisser un commentaire

Au lendemain du sommet bilatéral entre Rome et Paris, L’Unità constate que le président du Conseil italien n’a pas su défendre les intérêts de son pays. Sur la Libye, l’économie et l’immigration, le locataire de l’Elysée a imposé ses vues.

La « guerre des nains » a désigné son vainqueur : il s’agit du « nain » de l’Élysée, Nicolas Sarkozy. Le vaincu, lui, tente de mélanger les cartes, collectionne les gaffes et revendique la paternité de concepts inexistants : c’est le « nain » du Palazzo Chigi [siège de la présidence du Conseil], Silvio Berlusconi. Les ménestrels médiatiques du Cavaliere conteront le récit d’une amitié retrouvée, exalteront les rapprochements stratégiques et rhétoriques, se pâmeront devant le nouvel axe Paris-Rome. En d’autres termes, ils déclameront un véritable conte de fées. Mais la vérité est toute autre. Il suffit de lire avec un minimum d’attention et d’honnêteté intellectuelle le compte rendu du sommet franco-italien qui s’est tenu le mardi 26 avril, à Villa Madama [résidence d'accueil des chefs d'Etats], à Rome. Rarement un terme a aussi bien décrit une telle rencontre : les deux acteurs se sont adonnés à une véritable scène où la vedette éclipsait le second rôle. Nucléaire, Libye, immigration, économie… La France a imposé son point de vue sur tous les sujets brûlants de l’actualité. L’Italie, elle, s’est écrasée.

Celui qui avait promis qu’ »en Libye, nous ne tirerons pas une balle » est revenu sur ses belles paroles et s’est transformé en gilet pare-balles de Rambo-Sarko. « Nous avons senti que [...] nous ne pouvions pas nous soustraire » à une intervention italienne en Libye sous la forme de raids ciblés. Une intervention « dont il y a vraiment besoin », a affirmé Berlusconi, flanqué d’un Sarkozy à la mine satisfaite. « Nous nous réjouissons de la décision de l’Italie », s’est empressé de lancer le président français, avant d’ajouter qu’en Libye, « nous travaillerons main dans la main et notre accord est total ». Main dans la main avec un Cavaliere en guise de bouclier, mais la seule à montrer la voie à suivre reste Paris.

Tout le reste (bombes, missiles et pseudo-bombardements) fait partie des exercices d’équilibrisme auxquels est habitué le président du Conseil italien. Outre la Libye, le refrain reste le même pour tous les autres dossiers brûlants : économie, nucléaire, Schengen. La déférence du Cavaliere prend des airs d’asservissement embarrassant. Sur les sujets au cœur de l’intérêt (et des divergences) entre les deux pays, comme la question de l’immigration ou l’OPA du groupe français Lactalis sur son concurrent italien Parmalat, Berlusconi préfère botter en touche et donne le sentiment, voire la certitude, de se plier au bon vouloir de l’Élysée. De même pour le nucléaire. Concernant les permis de séjour délivrés aux migrants, la position française triomphe encore.

Le sommet franco-italien a en effet abouti à ce que les deux pays demandent à l’UE de réviser les accords de Schengen pour les rendre plus restrictifs, comme le souhaitait Paris depuis le début. Quant à Berlusconi, il reconnaît que les efforts déployés par la France pour accueillir des immigrés sur son territoire – un point qui tient à cœur à son homologue français – sont « cinq fois supérieurs à ceux déployés par l’Italie ». Silvio Berlusconi s’est donc effacé devant Nicolas Sarkozy, même sur des sujets de premier ordre qu’il avait jusque-là fermement défendus. Une stratégie internationale qui ne va pas faciliter la gestion des affaires intérieures, entre la Ligue du Nord, alliée du gouvernement, qui critique l’intervention en Libye d’une part et d’autre part l’opposition qui dénonce « l’escroquerie » du chef du gouvernement concernant le moratoire sur le nucléaire. Cette fois, pas de coup de théâtre pour le Cavaliere, qui a dû se contenter de jouer les faire-valoir de Sarkozy.

Source: courrierinternational.com

13 avr 2011 Rubygate, suite & infos
 |   | **Laisser un commentaire

ROME (Italie) – Deux Italiennes, entendues par le parquet de Milan (nord) dans le cadre du Rubygate, ont confirmé les accusations contre le chef du gouvernement Silvio Berlusconi sur des parties de débauche dans ses villas, ont indiqué mercredi des sources judiciaires.

Les dépositions de Chiara et Ambra, deux jeunes Piémontaises de 19 ans invitées la nuit du 22 au 23 août dans la résidence du Cavaliere près de Milan (nord), sont « importants pour mettre en lumière le contexte », ont expliqué des sources du parquet de Milan citées par l’agence Ansa.

Sur conseil d’une sénatrice du parti d’opposition Italie des valeurs, les deux jeunes filles se sont présentées spontanément au tribunal où elles ont été interrogées comme témoins longuement lundi dernier.

Dans les compte-rendus d’interrogatoires publiés mercredi par les journaux Repubblica et Corriere della Sera, elles confirment le caractère débridé des soirées dans la villa de M. Berlusconi à Arcore, près de Milan (nord).

La jeune Chiara y explique avoir voulu témoigner parce que le Cavaliere les décrivait comme de simples « dîners élégants » alors que pour elle, « ils étaient d’une toute autre nature ».

Les avocats du Cavaliere ont immédiatement rejeté les déclarations des deux jeunes filles affirmant qu’elles sont « dénuées de tout fondement et contredisent de nombreuses indications qui vont dans une direction complètement opposée ».

Dans le Rubygate qui a commencé le 6 avril, M. Berlusconi est accusé d’avoir rémunéré les prestations sexuelles d’une jeune Marocaine « Ruby » mineure à l’époque (ce qui est un délit en Italie) et d’avoir abusé de ses fonctions en appelant la police pour la faire libérer après son interpellation pour un larcin.

Source: 20minutes.fr

12 avr 2011 Berlusconi: Ronaldo au Milan AC
 |   | **Laisser un commentaire

Mais d’abord il faut être champion d’Italie…

Au plus bas dans les sondages en tant que président du Conseil italien, Silvio Berlusconi sait en revanche comment parler aux supporters de l’AC Milan. Celui qui est toujours propriétaire du club lombard a laissé entendre qu’il était prêt à entreprendre un gros recrutement pour la saison prochaine. «Si nous gagnons le titre de champion nous recruterons un ou deux champions. Cristiano Ronaldo pourrait être un de ceux-là», a-t-il laissé entendre à la Gazzetta dello Sport avant d’ajouter: «Si on devait ajouter Ronaldo à notre effectif, ça ferait plaisir à tout le monde. Parfois les rêves se réalisent.» Le rêve risque d’avoir un certain coût puisque le Real Madrid a payé 94 millions d’euros en 2009 pour s’attacher les services du Portugais.

08 avr 2011 Rubygate: procès déjà reporté!
 |   | **Laisser un commentaire

Le procès du « Rubygate », où Silvio Berlusconi est poursuivi pour relations sexuelles avec une prostituée mineure et abus de pouvoir, s’est ouvert mercredi matin au tribunal de Milan et a été presque immédiatement ajourné.

La juge, après juste quelques minutes concernant des questions de procédure, a décidé de reporter les prochaines audiences au 31 mai.

Ni le chef du gouvernement italien, ni la danseuse marocaine Karima el Mahroug, dite « Ruby », n’étaient présents à l’ouverture du procès.

L’agitation était grande aux alentours du tribunal milanais, où l’on comptait une centaine d’équipes de télévision, dont une venant d’Australie.

Source: yahoo.fr

06 avr 2011 Berlusconi: sexe & argent
 |   | **Laisser un commentaire

Poursuivi pour relations sexuelles avec une prostituée mineure et abus de pouvoir, Silvio Berlusconi voit s’ouvrir mercredi devant le tribunal de Milan le procès Ruby.

Les détails de l’affaire, dévoilés crûment par l’accusation, révèlent les rouages des soirées « bunga bunga » organisées dans la villa du président du Conseil italien, des fêtes qui étaient réglées comme du papier à musique avec danseuses sensuelles et prostituées mineures.

Dans la villa d’Arcore, à proximité de Milan, les parties fines « se déroulaient dans une salle semblable à une discothèque, où les participantes se livraient à des danses érotiques et des strip-teases, se caressant entre elles ou caressant ou se faisant caresser leurs parties intimes par Silvio Berlusconi« .

A la fin de la soirée, le magnat milanais choisissait « une ou plusieurs femmes avec laquelle il allait passer la nuit pour une relation intime« , en échange de billets ou de cadeaux coûteux.

Les documents de l’accusation énumèrent une liste de 33 jeunes filles impliquées, essentiellement des « veline » comme les appellent les Italiens, terme qui désigne des femmes aspirant à faire partie du show-business et à apparaître en sous-vêtements dans les programmes des chaînes de télévision.

Selon les plaignants, elles étaient payées pour avoir des relations avec le magnat milanais.

Mais pour Silvio Berlusconi, qui sera absent mercredi pour l’ouverture du procès, une seule d’entre elles pose véritablement problème: Karima el Maghroub, plus connue désormais sous le nom de « Ruby« .

Danseuse de boîte de nuit marocaine, Ruby n’avait que 17 ans lorsqu’elle aurait eu une relation sexuelle tarifée avec Silvio Berlusconi. Avoir une relation sexuelle en échange d’argent avec une mineure est considérée comme un crime en Italie. Lire la suite…